Les coopérateurs sauniers

Les Sauniers de la Coopérative de sel de Noirmoutier vous ouvrent leurs portes ! Nous vous invitons à venir à leur rencontre…

DES SOURIRES ET DES SAUNIERS…

Les sauniers de notre Coopérative sont avant tout des femmes et des hommes passionnés, authentiques, véritables artisans de ce magnifique merroir qu’est l’île de Noirmoutier. Ils ne savent pas juste récolter le sel : ils détiennent le secret du sel, dans le plus strict respect des traditions ancestrales. Le geste est là, élégant, respectueux des sols argileux sur lesquels ils vont récolter le sel.

Hervé

Vanina

Isabelle

Xavier

Serge

Elisabeth

Les travaux des sauniers

Ils doivent savoir aménager, entretenir et faire fonctionner les marais et rester attentif à la météo pour, chaque jour, réguler les débits d’eau entre les bassins. La mise en eau des bassins n’est pas le fruit du hasard mais bel et bien un savoir-faire, transmis par les plus anciens. Composé de trois grands ensembles de bassins d’argile de taille et de profondeurs différentes, le marais salant est un subtil système de vases communicants. L’eau de mer circule lentement du vasais au champ de marais en passant par les métières.

L’action combinée du vent et du soleil lui permet de s’évaporer jusqu’à sa cristallisation dans les aires saunantes. L’eau passe ainsi de 30 à 250 grammes de sel par litre.
Tout ce travail est non seulement dépendant des conditions météorologiques (le soleil et le vent sont les alliés du saunier, tandis que la pluie peut compromettre son travail) mais aussi du talent du saunier, véritable maître d’oeuvre de son marais.

Traditionnellement les sauniers étaient aussi des travailleurs de la terre : vignerons, maraîchers. Le sel représentait une activité plutôt complémentaire.

 

C’est à la fin du mois de février que le saunier débute les travaux au marais. Pour commencer, le marais est vidé de son eau par l’étier, ou le moulin traditionnel, pour laisser apparaître son relief. Pendant ce temps, Les branches sont curées (dévasées). Quelques semaines plus tard, les vettes peuvent être empruntées car elles sont sèches. Il n’y a pas de risque de s’enfoncer et d’abîmer par la même occasion le marais. Les vives sont alors nettoyées au rouable. La vase formée et accumulée au fond du marais pendant cinq mois est enlevée et sert en partie à redonner matière aux vettes du marais qui sont érodées par l’eau et le gel pendant l’hiver. C’est au mois de mai que le nettoyage des pèces amettantes et des oeillets se fait. La récolte du sel a lieu entre juin et septembre. Le nombre de jours de récolte moyen par saison est de 25 jours.

Journée type de récolte

L’organisation peut être différente d’un saunier à un autre. Pour  commencer la matinée, la fleur de sel (récoltée la veille) est mise à sécher au soleil sur les tables à fleur. Il faudra la brasser plusieurs fois dans la journée puis la trier et la mettre en sac avant que l’humidité ne tombe (vers 16 heures).

Les oeillets sont tirés avec l’ételle puis le gros sel est remonté sur la table.

Le lendemain, le sel est roulé à la brouette de la table au tesselier. La fleur de sel est récoltée en fin de journée avec la lousse à fleur. Pour finir, les oeillets sont alimentés en eau. La gestion des niveaux d’eau est très importante pour la cristallisation du sel.

Le coloi (chargement de la récolte de sel de la saison pour le transporter à la coopérative) a lieu en septembre.
Le marais est noyé (mis en eau) au mois d’octobre, puis c’est une nouvelle saison qui commence à la fin du mois de février l’année suivante…